Secours aux survivantes des violences sexuelles de Kamanyola et Kaniola dans le territoire de Walungu

Medica Mondiale se mobilise avec ses partenaires locaux dans la province du Sud-Kivu notamment dans la plateforme de coordination Sud-Kivu (PCSK en sigle) pour venir en aide aux survivantes des violences sexuelles. C’est dans ce cadre que l’Association des Femmes pour la Promotion et le Développement Endogène (AFPDE) membre de cette plateforme intervient à Kaniola et Kamanyola en territoire de Walungu avec son projet assistance aux survivantes des violences sexuelles basées sur le genre, un projet démarré en avril 2018. Ce projet cible particulièrement 250 femmes et filles abusées sexuellement dans différents villages du territoire de Walungu.AFPDE avec l’appui de Medica Mondiale ont initié diverses activités parmi lesquelles, nous pouvons citer :

  • La création des alliances autour d’une action de plaidoyer,
  • La sensibilisation communautaire et dénonciation,
  • La prise en charge psychosociale, médicale et juridique/judiciaire,
  • Le développement et support aux activités génératrices de revenu,
  • Et enfin la formation des victimes sur les compétences entrepreneuriales.

Les besoins urgents et à long terme de ce projet sont principalement :

  • Améliorer l’assistance et la protection des femmes et filles affectées par les Violences Sexuelles Basée sur le Genre (VSBG) ;
  • Respecter les droits des femmes et des jeunes filles ;
  • Et assistance holistique aux femmes et aux jeunes filles victimes de violences sexuelles.

Pour l’année 2018, on note les réalisations ci-après :

  • 20 alliances autour des 2 campagnes différentes de plaidoyer (10 alliances par campagne) ont été créées ;
  • 711 dont 3.539 hommes, 7.564 femmes et 7.608 jeunes de 15 villages dans les deux sites d’intervention (Kamanyola et Kaniola) ont été sensibilisées sur la prévention de la violence et sur les droits des femmes ;
  • 220 femmes et jeunes filles ont été accompagnées et prises en charge au niveau psychologique ;
  • 42 femmes et jeunes filles survivantes de Violence Sexuelle Basée sur le Genre (VSBG) ont reçus la prise en charge médicale (PEC médicale);
  • 4 victimes de violences sexuelles ont été référées devant des instances juridiques pour une prise en charge juridique ;
  • 150 femmes et jeunes filles sont accompagnées économiquement ;
  • Appui aux petits commerces, petit élevage, artisanat et agriculture en termes d’activités génératrices de revenu ;
  • 30 femmes victimes des violences sexuelles et femmes vulnérables de Kamanyola et Kaniola (en raison de 15 femmes par séance de 4 jours) représentantes de 6 Associations villageoises d’Epargne et crédit (AVEC) dont 5 personnes par AVEC ont été formées sur l’entrepreneuriat.

Les indicateurs atteints jusqu’ici sur les besoins urgents et à long termes sont :

  • 234 bénéficiaires des services de prise en charge psychosociale (PEC psychosociale) et orientation et référencement médical et juridique offerts par les organisations partenaires (OP) sont satisfaits des services reçus.
  • 103 autorités communautaires (chefs des quartiers, les Chefs de groupements, le Chef Etablissements scolaires, les responsables des structures sanitaires, les relais communautaires) ont participé activement aux sensibilisations.
  • 334 femmes accompagnées et prises en charge au niveau psychosociale – économique – juridique/judiciaire directement par les OP (différencier valeur Objectif et suivi par service reçus).

Notons que les violences sexuelles faites aux femmes sont l’une des violations des droits humains les plus répandues tel que souligné par le gestionnaire de ce projet à AFPDE asbl, Monsieur KIHINDA Trésor et d’ajouter « ne rien faire équivaut à cautionner ce fléau vis-à-vis des victimes à savoir les femmes et les filles ».

Ainsi, avec la création des alliances autour d’une action de plaidoirie, AFPDE veut faire entendre sa voix, voire et avoir un impact sur le changement de comportement et se veut une aide aux prises avec le défi en informant et encourageant le débat pour un changement positif de comportement, car la responsabilité de maintenir et d’accroître la visibilité sur ce problème demeure pour les organisations féminines de défense des droits de la femme.

Publié dans Santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *