100 femmes et filles des quartiers Kalundu et Kilibula en formation de coupe-couture

La situation de guerres en République démocratique du Congo, depuis 1996 a plongé le pays dans un état de crise multiforme parmi lesquelles, citons la destruction des infrastructures socio-économiques et l’analphabétisme. Les femmes sont les premières à souffrir de ce fléau.  La fréquence de ces conséquences met ces catégories de personnes dans les situations difficiles pour s’intégrer économiquement et subvenir à leur besoin.

Le problème de faible ou de l’absence de revenu pour des femmes et filles mères de la ville d’Uvira se pose sous nombreux aspects  dont l’accès au service générateur de revenu (travail et crédit).  Pour se faire intégrer économiquement dans la communauté, certaines femmes se livrent au commerce informel en parcourant de longues distances parfois dans de zone sans sécurité, d’autres font les travaux champêtres, et d’autres se font formés dans des centres de formation professionnelle pour bénéficier de l’apprentissage aux différents métiers.

Grâce à l’action de l’Association des Femmes pour la Promotion et le Développement Endogène, 100 femmes et filles des quartiers de KALUNDU et KILIBULA dans la ville d’Uvira ont accès à une formation en coupe et couture.

Encadrer par trois formatrices, ces 100 femmes et filles apprenantes sont réparties en quatre groupes de 25 personnes chacun pour un cycle de formation-apprentissage de sept mois.

Deux vacations sont organisées tous les avant et après-midis du lundi au vendredi.

Les séances de formation et d’apprentissage sont organisées au centre de formation pour jeunes filles et femmes, centre situé dans le bâtiment du groupe scolaire étoile du matin dans le quartier KILIBULA. La formation vise à apprendre le métier de coupe-couture à ces filles et femmes dans le but d’assurer leur autonomie et les rendre plus dépendantes économiquement. Mais aussi, favoriser un changement socio-économique dans les ménages et renforcer la place de la femme au sein des ménages, a indiqué madame Adrienne NZIGIRE, l’une des formatrices.
Rappelons que 25 machines à coudre de marques Singer et Butterfield, une machine industrielle (indrodring) pour logos, une autre de marque Mauza pour borderie, une autre (Body lock) pour surfilage, une autre de marque zocs pour zigzag et une autre pour boutonnier  font partie de matériels dont disposent le centre.  A cela s’ajoute d’autres matériels dont les ciseaux, tables, chaises, mètre en ruban, etc.

Notons que ces séances sont assurées au rythme de 4 fois par semaine et ont débuté depuis le 18 février 2019.

Publié dans AGR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *