AFPDE offre une prise en charge kinésithérapique aux personnes en situation d’handicap dans les zones de santé de Nundu et Fizi

La situation sécuritaire et les conflits armés à répétition dans la région des grands lacs n’a laissé personne à l’abri des effets, au regard des crises multiformes que traversent la population. On sait, en République démocratique du Congo, au regard de cette situation que les plus démunis et les plus vulnérables sont les personnes en situation de handicap, qui ont durement été touchés. Les personnes handicapées ont souvent, des besoins de soins chroniques qui nécessitent une prise en charge efficace.

Rien que pour l’accès aux services de soins ordinaires, les personnes en situation de handicap se heurtent à des obstacles de taille, ce qui traduit la vulnérabilité socioéconomique dans laquelle vivent cette catégorie de la population.

Cette situation impacte considérablement sur les bons résultats en matière de santé par rapport au reste de la population.

 

Dans le cadre du projet d’urgence aux réfugiés burundais, déplacés internés et population locale des zones de santé de Nundu et Fizi, sous l’appui financier du ministère fédéral allemand des affaires étrangères à travers Action Medeor. L’Association de femmes pour la promotion et le développement endogène (AFPDE asbl) en collaboration avec la division provinciale de la santé Sud-Kivu, mène depuis 2019 des activités de prise en charge kinésithérapique gratuite auprès des personnes en situation d’handicaps dans les zones de santé de Nundu et Fizi.

La majorité de ces personnes sont des réfugiés burundais vivant dans et en dehors du camp de Lusenda et MULONGWE, des déplacés et la population locale.

Les activités consistent à faire de consultation gratuite, à faire des évaluations sanitaires des personnes en situation de handicap en déterminent les besoins en terme d’assistance, faire de suivi en kinésithérapie des personnes en situation de handicap bénéficiant déjà une prise en charge, faire de correction des pieds bots, appareiller en prothèses jambiers, faire la prescription des pommades et autres matériels pour les soins à domicile, conduire de séances de capacitation des prestaires de soins en kinésithérapie de base, etc.

A ces jours 213 personnes en situation d’handicaps identifiés sont prise en charge ; parmi eux 6 ont déjà été appareillés en prothèses jambiers avec succès, 5 enfants déformés ou pieds bot ont débutés la correction para plâtrage et les autres sont suivi pour la kinésithérapie aux centres de santé de Lusenda et Muungano.

Publié dans Santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *