Démarrage officiel du projet amélioration de la situation sanitaire et nutritionnelle des déplacés internés et des retournés dans quatre village du territoire d’Uvira, province du Sud-Kivu, RDC

L’Association des Femmes pour la Promotion et le Développement Endogène (AFPDE) vient de démarrer officiellement un nouveau projet dans la plaine de la Ruzizi, projet dénommé «amélioration de la situation sanitaire et nutritionnelle des déplacés internés et des retournés dans quatre village du territoire d’Uvira, province du Sud-Kivu, RDC“  précisément à Kiliba, Sange, Luvungi et Lubarika dans les zones de santé plaine de la Ruzizi et Lemera. Projet financé par la coopération Allemande et Action Medeor pour une durée de 30 mois soit du 1er octobre 2019 au 31 mars 2022 et intervient dans le volet santé, nutrition et sécurité alimentaire.

Dans le cadre de sa mise en œuvre, le projet cible 114.369 personnes.

Ces dernières sont réparties comme suit : 32.449 bénéficiaires directs dont : 720 malnutris sévères aigus, 2.100 malnutris modérés, 600 femmes enceintes, 600 nouveaux nés, 69 prestataires de santé, relais  communautaires, moniteurs agricoles, animateurs et agronomes ; 26880 personnes à sensibiliser.

82.920 bénéficiaires indirects constitués de  2.280 personnes vivant dans les ménages agricoles et  80.640 personnes à sensibiliser au second degré.

Etaler sur deux résultats à atteindre, ce projet compte réaliser les activités suivantes :

Résultat  1. Les actions de prise en charge médicale et nutritionnelles, de promotion de santé maternelle et infantile et d’amélioration des conditions hygiéniques sont améliorées dans 4 aires de santé des zones de santé de Lemera et Ruzizi (Luvungi, Lubarika, Sange et Kiliba).

Dans ce résultat, le projet vise à :

  1. Organiser deux réunions de deux jours chacune une sur l’information et la sensibilisation des autorités locales et des bénéficiaires au sujet du projet.

L’objectif étant de les informer au sujet du projet,  des objectifs visés, des résultats attendus, des indicateurs de ces résultats et des activités à mettre en œuvre pour atteindre ces résultats.

La finalité de cette activité est de permettre aux partenaires du projet et aux bénéficiaires de bien connaitre le projet, de s’impliquer dans sa réalisation, de s’en approprier afin d’en assurer sa pérennisation.

  1. Organiser 8 séances de formation et de renforcement des capacités des prestataires de santé et des leaders communautaires sur les thèmes suivants : la limitation des naissances, la prise en charge nutritionnelle communautaire, la santé mère-enfant, la malnutrition, les bonnes pratiques alimentaires, l’importance de l’allaitement maternel et la consommation du sel iodé, l’hygiène et assainissement et la prévention des maladies d’origine hydrique et de mains sales.
  2. Les activités préventives (CPN et CPS) par les sensibilisation de changement de comportement sur la limitation des naissances, la prise en charge nutritionnelle communautaire, la santé mère-enfant, la malnutrition, les bonnes pratiques alimentaires, l’importance de l’allaitement maternel et la consommation du sel iodé, l’hygiène et assainissement et la prévention des maladies d’origine hydrique et de mains sales.
  3. Prise en charge médicale des femmes enceintes et enfants de moins de 5 ans souffrant des différentes maladies, surtout le paludisme et les maladies diarrhéiques ;
  4. La distribution des moustiquaires aux femmes enceintes.
  5. Prise en charge médicale et nutritionnelle des malnutris (femmes enceintes et enfants de moins de 5 ans);
  6. Mise en place d’un système de surveillance nutritionnelle mais procéder à des dépistages sporadiques d’enfants malnutris au cours de ses activités de soins et de prévention.
  7. Collecte des données nutritionnelles.

Résultat 2.  La production agricole de 480 ménages a été améliorée et leur a permis d’accéder à la nourriture avec aliments à forte valeur nutritive au moins deux fois par jour et de doubler leurs revenus.

Dans ce résultat, le projet vise à :

  1. Organiser 5 séances de formation de 3 jours en faveur des moniteurs agricoles et les agronomes du projet sur les pratiques agricoles durables, les techniques d’irrigation et d’adaptation aux changements climatiques, la fabrication des fertilisants organiques et produits phytosanitaires biologiques, la mise en place et la gestion des champs écoles paysans ; la conservation des produits agricoles.
  2. Mettre en place 4 champs écoles paysans « CEP », à raison 2  champs (Un champ pour les cultures associées et un champ pour le riz par village bénéficiaire.
  3. Assurer l’appui agricole à 400 bénéficiaires du projet par la distribution des semences et des outils aratoires, la formation pratique des bénéficiaires à travers les champs écoles paysans, l’accompagnement des bénéficiaires dans leurs champs respectifs par les agricoles et moniteurs agricoles.

Notons que les activités préliminaires ont débuté avec l’organisation de rencontres sur terrain entre AFPDE et les bureaux centraux de zones de santé plaine de la Ruzizi et Lemera. Mais aussi avec les médecins directeurs de 4 structures médicales ciblées dont 2 structures dans la zone de santé plaine de la Ruzizi et 2 autres dans la zone de santé de Lemera. Avant le début effectif des activités du projet  deux rencontres dont l’une à Luvungi et l’autre à Sange sont prévues au cours de ce mois avec les autorités politico administratives et coutumières locales, les autorités sanitaires, les autorités agricoles et les leaders communautaires locaux pour les informer du lancement du projet et obtenir leur implication à toutes les étapes du projet.

Publié dans Santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *